biocide – en français

Une petite minorité de personnes mènent une guerre acharnée contre la Terre et ses habitants. (Les) Connaissant très bien [ cela ], ils ne pourront jamais régner sur la planète entière, parce qu’ils ont décidé de détruire ce dont ils n’ont pas besoin, et ne font qu’amasser.

Ils emploient les méthodes qui se sont avérées les plus efficaces dans l’ère du colonialisme Européen – Divisant des populations pour qu’elles se fassent constamment la guerre l’une l’autre, empoisonnants l’approvisionnement en eau (Ndt : Il s’agit ici de la pollution globale de l’eau, des nappes phréatiques, etc.), forces les gens à se concentrer en groupes, en les centralisant, pour mieux en améliorer le contrôle, et récompensant le « leader » qui effectuera le sale boulot pour un peu d’action, en éliminant le « fauteur de trouble », etc.

L’aspect le plus affreux de tout ceci est la culture de la mort par lesquels les puissants ont convaincu le faible pour désirer son propre effacement. Réellement, le puissant autoconvainc le faible pour qu’il se détruise, et il le fait comme un devoir sacré.

Certains faibles peuvent voir la destruction qui existe dans le monde. Ils font aussi ce qu’ils peuvent pour limiter les destructions qu’ils causent, mais ils ne se rendent pas tout à fait compte que du moindre des deux mal, c’est celui qui est immobile. Ces « gentils imbéciles » destructeurs, ont si peur de regarder les conséquences de leurs actes qu’ils combattent de tout c–ur pour défendre les droits des puissants à détruire le monde, et dénoncent tous les efforts de qui s’oppose aux machinations de la culture de la mort.

Parce que, voyez vous, tout le monde n’est pas aveugle et vois le travail des meurtriers de la Terre. Non seulement cela, mais il y a aussi des millions de gens tranquilles, qui ne sont pas en phases avec l’appareil de la culture de la mort. Ces deux types de personne essaient, non seulement de minimiser leur impact sur la vie de la planète, mais combattent pour arrêter les « death machines »

Le puissant et le faible détestent les primitivistes. Le puissant doit les détruire afin de maintenir son statut de privilégié. La nécessité pour le faible de les détruire, est de faire en sorte qu’ils ne pas doivent faire face à leurs propres couardises. Aussi, ils – étant faibles – sont totalement dépendant de la culture de la mort – sans elle, ils souffriraient et périraient tout de suite, plutôt que lentement.

Le puissant et le faible font la guerre grâce à la non coopération, du « sauvage » et du « libre ». Ils sont aussi efficaces qu’ils sont sans pitiés. Le puissant use de la crainte de sa puissance d’utilisation pour forcer le faible à tuer le rebelle et le libre. Les faibles sont motivés par la crainte – crainte d’offenser leurs maîtres, crainte de perdre leurs [ illusoire ] statuts, craintes d’être tués.

Si la crainte est la seule motivation que le faible comprend, il est peut-être temps pour le peu coopératif de faire à la crainte du faible ce qu’ils ont embrassés. Il est peut-être temps pour le courageux et le libre d’aller réveiller le puissant dans son bunker. »

cette harangue a été traduite en Français tandis que j’étais en prison…

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

The colonies are collapsing – it's a scorched earth policy, a war of attrition, so the survivors are left with NOTHING!

Follow

Get every new post delivered to your Inbox.

Join 557 other followers

%d bloggers like this: